2-2. Lukaku soutient l’Inter | Sports | Édition Amérique


Un doublé du Belge Romelu Lukaku, culminant à la 90e minute, a évité la défaite mercredi et a donné à l’Inter Milan un match nul 2-2 au stade San Siro face au Borussia Monchengladbach, lors de la première journée du groupe B de la Ligue. des champions.

Lukaku, avec un pur neuf buts, a refusé la victoire à un Mönchengladbach qui a savouré la victoire en devançant 2-1 grâce à un penalty provoqué par le Chilien Arturo Vidal et transformé par l’Algérien Ramy Bensebaini et un but en 84 du Allemand Jonas Hofmann.

Après la première journée, c’est Shakhtar Donetsk, qui a battu le Real Madrid 3-2 au stade Alfredo Di Stéfano de Valdebebas, le leader du groupe B, avec l’Inter et Monchengladbach qui se partagent la deuxième place avec un point, devant l’équipe madrilène, bas.

L’exemple négatif fourni peu de temps auparavant par Madrid, dont les négligences ont été durement punies par le Shakhtar, a fait en sorte que ce soit la peur de concéder des places pour l’emporter dans une première mi-temps très bloquée à San Siro, mais les émotions étaient concentrées dans la seconde mi-temps.

Au début de l’étude, l’attention défensive et la pression prévalaient. À l’Inter, où le Chilien Alexis Sánchez était partant en remplacement de l’Argentin Lautaro Martínez, il a créé le principal danger de la main de Lukaku, avec un droit croisé bas qui s’est retrouvé à l’extérieur de quelques centimètres.

Il y a eu un manque de changement de rythme à l’Inter, qui a perdu quelques heures après le match contre le Marocain Achraf Hakimi, positif pour le coronavirus et en grave doute aussi pour le match contre le Real Madrid le 3 novembre à Madrid, contre un Mönchengladbach à peine vu dans la zone du but slovène Samir Handanovic.

Mais tout a changé dans la reprise, dans laquelle Antonio Conte a cédé la place à Lautaro pour remplacer un Alexis qui n’était pas au maximum de sa forme après son retour de l’équipe chilienne avec un malaise chez les ravisseurs.

Et le Bull a ajouté de l’agressivité à son équipe. C’est précisément dans une tentative de sa tête qu’est né le but de l’avantage intérieur. Il était 48 ans lorsqu’une série de rebonds dans la surface de réparation a favorisé Lukaku, qui s’est retourné et s’est avancé vers l’Inter.

Le Belge a mis le jeu en descente, mais les Milanais ont rendu la vie difficile dans les années 60, lorsque Vidal a provoqué un penalty naïf marqué avec autorité par Bensebaini.

Et en 84, secondes après que Lautaro a frappé le poteau avec une belle volée de sa jambe droite, Hofmann a profité d’une contre-attaque pour donner l’avantage à Monchengladbach. Il a fallu près de trois minutes de contrôle VAR avant que la cible ne soit attribuée.

C’est alors que l’Inter s’est tourné vers l’attaque et à ce moment-là, ils se sont accrochés à Lukaku, qui a profité d’une tête d’Alessandro Bastoni après un corner pour établir le final 2-2.

Il y a eu six minutes de temps supplémentaire et il y a même eu du temps pour un dernier soupir de l’Inter, lorsque le Serbe Aleksandar Kolarov a lancé un coup franc direct qui s’est retrouvé à l’extérieur après avoir touché l’extérieur du filet.

Un groupe très exigeant se profile, comme prévu, pour Madrid et l’Inter, qui joueront la semaine prochaine à l’extérieur contre Mönchengladbach et Shakhtar, respectivement, avant de se rencontrer le 3 novembre lors d’un affrontement direct.

.

– Feuille de match:

2. Inter: Handanovic; D’Ambrosio, De Vrij, Kolarov; Darmian, Vidal, Barella, Perisic (Bastoni, m. 78); Eriksen (Brozovic, m. 78); Alexis (Lautaro, m.46) et Lukaku.

2. Mönchengladbach: Sommer; Lainer, Ginter, Elvedi, Bensebaini; Kramer, Neuhaus; Embolo (Hermann, m 75), Thuram (Wolf, m 95), Hofmann; Plaidoyer (Stindl, m.88).

Buts: 1-0, m.48: Lukaku; 1-1, m.63: Bensebaini (63, plume.); 1-2, m.84: Hofmann; 2-2, m.90: Lukaku.

Arbitre: Bjorn Kuipers (HOL). Il a montré du carton jaune à D’Ambrosio (M.17), De Vrij (M.65) et Handanovic (M.82), de l’Inter, et Kramer (M.68), de Monchengladbach.

Incidents: match correspondant à la première journée du groupe C de la Ligue des champions disputé au stade San Siro de Milan devant un petit nombre de spectateurs.

Andrea Montolivo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *