AS Saint-Étienne – Wikipédia


Histoire ancienneÉditer

AS Saint-Étienne a été fondée en 1919 par les employés de la chaîne d’épiceries Saint-Étienne Groupe Casino sous le nom Amicale des Employés de la Société des Magasins Casino (ASC). Le club a adopté le vert comme couleur principale principalement parce qu’il est la couleur principale du Groupe Casino. En 1920, en raison de l’interdiction par la Fédération française de football (FFF) de l’utilisation des marques dans les clubs sportifs, le club a supprimé « Casino » de son nom et a changé son nom pour simplement Club sportif amical pour conserver l’acronyme ASC. En 1927, Pierre Guichard prend la présidence du club et, après avoir fusionné avec le club local du Stade Forézien Universitaire, change de nom en Association sportive Stéphanoise.

En juillet 1930, le Conseil national de la FFF vota 128–20 en faveur du professionnalisme du football français. En 1933, Stéphanoise devient professionnelle et change de nom pour sa version actuelle. Le club a été inséré dans la deuxième division et est devenu membre inaugural de la ligue après avoir terminé deuxième dans le groupe sud. Saint-Étienne est resté en Division 2 pendant quatre saisons supplémentaires avant de gagner la promotion en Division 1 pour la saison 1938-1939 sous la direction de l’Anglais Teddy Duckworth. Cependant, la première apparition de l’équipe en première division a été de courte durée en raison du début de la Seconde Guerre mondiale. Saint-Étienne est revenu en première division après la guerre sous la direction du Français d’origine autrichienne Ignace Tax et en a surpris beaucoup en terminant deuxième à Lille dans la première saison après la guerre. Le club n’a pas réussi à améliorer cette finition dans les saisons suivantes sous Tax et, avant la saison 1950–51, Tax a été abandonné et remplacé par l’ancien joueur de Saint-Étienne Jean Snella.

Dix titres de champion (1956-1981)Éditer

Sous Snella, Saint-Étienne obtient sa première distinction après avoir remporté la Coupe Charles Drago en 1955. Deux saisons plus tard, le club remporte son premier titre de champion national. Mené par le gardien Claude Abbes, le défenseur Robert Herbin, ainsi que les milieux de terrain René Ferrier et Kees Rijvers et l’attaquant Georges Peyroche, Saint-Étienne a remporté le championnat par quatre points sur Lens. En 1958, Saint-Étienne remporte pour la deuxième fois la Coupe Drago. Après la saison suivante, au cours de laquelle le club a terminé sixième, Snella a quitté le club. Il a été remplacé par René Vernier. Lors de la première saison de l’équipe sous Vernier, Saint-Étienne a terminé 12e, le pire résultat du club depuis sa 11e place il y a huit saisons. La saison suivante, François Wicart rejoint l’équipe d’entraîneurs. En 1961, Roger Rocher devient président du club et devient rapidement l’un des principaux investisseurs du club. Après deux saisons sous Wicart, Saint-Étienne est relégué après avoir terminé 17e lors de la saison 1961-1962. Cependant, Wicart a mené le club à son premier titre de Coupe de France en 1962, aux côtés du co-manager Henri Guérin, l’équipe battant le FC Nancy 1-0 en finale. Il a également ramené le club en Division 1 après une saison en deuxième division, mais après la saison, Wicart a été remplacé par Snella, qui est revenu en tant que manager après un passage réussi en Suisse avec Servette.

Lors de la première saison de retour de Snella, Saint-Étienne a remporté son deuxième titre de champion[2][3] et, trois saisons plus tard, a capturé sa troisième. Le troisième et dernier titre de Snella avec le club a coïncidé avec l’arrivée de Georges Bereta, Bernard Bosquier, Gérard Farison et Hervé Revelli dans l’équipe. Après la saison, Snella est revenu à Servette et l’ancien entraîneur du Stade de Reims Albert Batteux l’a remplacé. Lors de la première saison de Batteux en 1967–68, Saint-Étienne remporte le doublé après avoir remporté le championnat et la Coupe de France. La saison suivante, Batteux remporte le championnat et, la saison suivante, remporte à nouveau le doublé. La montée rapide du club dans le football français a conduit à un haut niveau de confiance de la part des propriétaires et des supporters du club et, après deux saisons sans trophée, Batteux a été lâché et remplacé par l’ancien joueur de Saint-Étienne Robert Herbin.

Lors de la première saison aux commandes de Herbin, Saint-Étienne a terminé quatrième du championnat et atteint les demi-finales de la Coupe de France. Au cours des deux saisons suivantes, le club a remporté le doublé, ses septième et huitième titre de champion en carrière et ses troisième et quatrième titres de Coupe de France. En 1976, Saint-Étienne est devenu le premier club français depuis Reims en 1959 à atteindre la finale de la Coupe d’Europe. Dans le match, disputé à Hampden Park en Écosse, Saint-Étienne affrontait le club allemand du Bayern Munich, qui était le champion en titre et sans doute la meilleure équipe du monde à l’époque. Le match a été vivement disputé, Saint-Étienne n’ayant pas réussi à marquer après de nombreuses occasions de Jacques Santini, Dominique Bathenay et Osvaldo Piazza, entre autres. Un seul but de Franz Roth a finalement décidé du résultat et les supporters de Saint-Étienne ont quitté l’Écosse en larmes, non sans surnommer les poteaux. « les poteaux carrés« ( » les poteaux carrés « ). Saint-Étienne a remporté un prix de consolation en remportant la ligue pour couronner une saison réussie et, la saison suivante, l’équipe a remporté la Coupe de France. En 1981, Saint-Étienne, capitaine de Michel Platini, a remporté son dernier titre de champion à ce jour après avoir remporté la ligue pour la dixième fois.Après deux saisons supplémentaires à la tête, Herbin a quitté le club pour les archrivals lyonnais.

Déclin et histoire récenteÉditer

Loïc Perrin a passé toute sa carrière à Saint-Étienne, son club natal.

En 1982, un scandale financier impliquant une caisse noire controversée a conduit au départ et finalement à l’emprisonnement du président de longue date Roger Rocher. Saint-Étienne a subi par la suite une chute libre avec le club souffrant de relégation dans la saison 1983–84. Le club est revenu en première division en 1986 sous la houlette du gardien Jean Castaneda qui était resté avec le club, malgré sa situation financière. Saint-Étienne a conservé sa place en première division pendant près d’une décennie, le club atteignant les demi-finales de la Coupe de France en 1990 et 1993 lors du relais. En 1996, Saint-Étienne est relégué en deuxième division et revient en division 1 en 1999. Au cours de la saison 2000-01, le club est supervisé par cinq managers différents et doit faire face à un scandale impliquant deux joueurs (Brésilien Alex Dias et le gardien ukrainien Maksym Levytsky) qui utilisait de faux passeports portugais et grecs. Les deux joueurs ont été suspendus pendant quatre mois et, à l’issue d’une enquête judiciaire, qui a lié une partie de la direction du club aux faux passeports, Saint-Étienne a été amarré de sept points de championnat et relégué.[4]

Saint-Étienne a disputé trois saisons en deuxième division et est revenu en première division, maintenant appelée Ligue 1, pour la saison 2004-05. Ils ont terminé cinquième de la saison 2007-08, ce qui a permis au club de se qualifier pour la Coupe UEFA pour la première fois depuis 1982. Saint-Étienne a été influencé par plusieurs jeunes de l’équipe tels que Bafétimbi Gomis, Loïc Perrin, Blaise Matuidi et Dimitri Payet. Le club a poursuivi sa cinquième place en terminant 17e au cours des deux saisons suivantes.
[5]

Ayant remporté la Coupe de la Ligue en avril 2013, leur premier grand trophée national depuis plus de 30 ans, Saint-Étienne s’est qualifié pour le troisième tour préliminaire de la campagne 2013-2014 de l’UEFA Europa League. Suite à des problèmes de foule vers la fin de la saison 2012-13, Saint-Étienne s’est vu imposer une interdiction de stade d’un match qui aurait forcé l’équipe à ouvrir sa campagne à huis clos. Cependant, le 23 juillet 2013, cette interdiction a été levée.[6] Le 30 novembre 2014, Saint-Étienne a battu ses féroces rivaux l’Olympique Lyonnais 3-0 au stade Geoffroy-Guichard pour la première fois depuis 1994.[7]

La saison 2017-2018 de Ligue 1 a mal commencé pour Saint-Etienne et s’est soldée par une défaite 5-0 en derby contre l’Olympique Lyonnais, après quoi Óscar García Junyent a été limogé de ses fonctions d’entraîneur et remplacé par l’ancien joueur Julien Sablé.[8] Sable a été remplacé en décembre par Jean-Louis Gasset car il ne détenait pas les qualifications requises pour entraîner en Ligue 1, et le club a été condamné à une amende de 25000 euros pour chaque match joué avec Sable en charge.[9] Sous Gasset, Saint-Etienne est resté 13 matchs sans défaite et a terminé 7e du tableau à la fin de la saison.[10]

Lors de la saison 2018-2019, Saint-Etienne est arrivé quatrième, le meilleur résultat depuis sa promotion, après quoi Gasset a choisi de quitter le club.[11] L’année suivante, ils étaient 17e lorsque la saison s’est terminée par la pandémie de coronavirus.[12] Ils ont également atteint la finale de la Coupe de France cette saison, qu’ils ont perdu 1-0 contre le Paris Saint-Germain.[13]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *