L’Inter Milan a refusé de jouer à la Juventus: le président de la Lega Serie A


L’Inter « a catégoriquement refusé » une proposition de jouer la Juventus lundi avec une foule présente, selon le président de la Lega Serie A, Paolo Dal Pino.

Le choc Juventus-Inter sous surveillance

Le derby d’Italia, qui devait se dérouler à huis clos dimanche, était l’un des cinq matches de haut niveau à être reportés en Italie en raison de la propagation du coronavirus.

Au lieu de cela, les matchs se joueront le 13 mai, ce qui signifie que la finale de la Coppa Italia – à laquelle les Nerazzurri pourraient encore être impliqués – a été repoussée au 20 mai.

Le directeur de l’Inter Beppe Marotta a critiqué le timing de la décision prise par les officiels, disant que le championnat avait été « déformé » tout en soulevant des inquiétudes quant à la poursuite des prochaines rencontres nationales.

« La ligue risque-t-elle de ne pas se terminer? Oui, si d’autres matches devaient être reportés, alors oui. Et puis je me demande – pourquoi la date de la Juve-Inter a-t-elle été décidée avant la date de l’Inter-Sampdoria? Sur quelle base? » Marotta a dit à La Gazzetta dello Sport.

« La ligue est déformée. Son équilibre est altéré. Pensez aux blessures et aux disqualifications. Et puis il y a l’aspect psychologique. Encore une fois, l’Inter est endommagé, notre calendrier en mai est incroyable. »

Parlant au même point de vente, Dal Pino a révélé comment la Lega Serie A avait proposé de repousser le derby de 24 heures, permettant aux supporters de regarder les débats au stade Allianz, mais ce plan a été rejeté par l’Inter.

« Vendredi, PDG [Luigi] De Siervo et moi avons proposé à l’Inter l’idée de déplacer le match avec la Juventus à lundi soir afin qu’il puisse être joué avec un public présent », a déclaré Dal Pino à La Gazzetta dello Sport.

« Inter a catégoriquement refusé de prendre le terrain, ils devraient donc assumer la responsabilité de leurs décisions et ne pas parler de situations antisportives ou d’une ligue déformée.

« Marotta représente les besoins de l’Inter, je dois veiller aux intérêts généraux de toute une division de Serie A, ce qui signifie malheureusement des conflits d’intérêts quotidiens liés à chaque club.

« Mon travail est de promouvoir le football italien et son image dans le monde, donc transmettre des matchs dans des stades vides aurait été une terrible carte de visite pour le pays.

« La décision était à moi, mais les clubs impliqués ont été contactés par téléphone, nous savons donc qu’ils avaient tous des positions difficiles à concilier. »

L’Inter doit affronter Naples jeudi lors du match retour de sa demi-finale de la Coppa Italia, après avoir perdu la première rencontre 1-0 à San Siro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *